Sciences

Tous les articles de la catégorie Sciences

À la recherche de la conscience et des sciences cognitives

Publié 29 juin 2011 par ginettelavigne

Ce n’est pas facile d’aborder un sujet comme la conscience ou le fonctionnement du cerveau. Les recherches vont bon train mais il reste beaucoup à découvrir. Ce présent article propose un petit cheminement à travers ce voyage périlleux de la compréhension du fonctionnement de la conscience.  Dans un premier temps, il s’agit d’une description de la conscience selon les chercheurs de l’Université McGill de Montréal. Puis une suite de documents ou d’articles à lire est présentée concernant des approches théoriques et ce que représente l’apport des sciences cognitives dans ce domaine comme entre autres, le cognitivisme, le computationnalisme, le connexionnisme et l’énaction. Si vous êtes un néophyte, vous en apprendrez un peu plus, tout comme moi, sur ce laborieux vocabulaire. À la fin de l’article, l’encyclopédie Wikipédia nous aide à comprendre les termes scientifiques comme par exemple le Computationnaliste et les sciences cognitives en général.

QU’EST-CE QUE LA CONSCIENCE?

http://lecerveau.mcgill.ca/flash/a/a_12/a_12_p/a_12_p_con/a_12_p_con.html

Il s’agit d’un bel article sur le site lecerveau.mcgill.ca qui explique dans un premier temps la notion de conscience comme phénomènes variés, puis décrit ses différentes approches philosophiques. Il est aussi question de ce que représente l’apport des sciences cognitives à ce sujet d’hier à aujourd’hui. En finalité de cet article, on peut lire les failles du modèle classique de la conscience ainsi que quelques concepts et modèles prometteurs issus des neurosciences.

SITE SCIENTIFIQUE

Un site de culture scientifique créé par des chercheurs lancé par l’INRIA, peut aussi nous renseigner sur différents sujets, il se situe à l’adresse suivante http://interstices.info/jcms/jalios_5127/accueil.

On peut y lire non seulement des articles de recherches scientifiques ou ludiques mais aussi découvrir, approfondir et débattre des sujets abordés.

Qui sommes-nous ?

Un site de culture scientifique créé par des chercheurs, lancé à l’initiative de l’INRIA, en partenariat avec le CNRS, les Universités et l’ASTI.

Contactez-nous !    

Les auteurs

Glossaire

Ce qui n’est pas sur ce site (par contre voir de nombreux liens très pertinents)

Interstices vu par d’autres

MOTS-CLÉS

Algorithme Apprentissage Art Automobile Biodiversité Calcul Cryptographie Environnement Finance Géométrie Histoire Image Information Intelligence Internet Jeu Langage Mobilité Mouvement Multimédia Musique Prévision Programme Réseau Robot Santé Sécurité Simulation Technologie Turing Utilisateur Virtuel Vivant Web

THÉMATIQUES

Robotique

Réalité virtuelle

Modélisation numérique des phénomènes physiques

Algorithmes

Géométrie et modélisation d’objets

Vision artificielle et traitement d’images

Bioinformatique

Réseaux

EXEMPLE :

http://interstices.info/jcms/c_14555/stic-et-fonctionnement-de-la-pensee-et-du-cerveau

http://interstices.info/bibliotheque-pensee

STIC et fonctionnement de la pensée et du cerveau  

Quelques ouvrages de référence, pour aborder l’intelligence artificielle, et plus généralement réfléchir aux richesses et aux limites des modèles inspirés de la biologie dans les sciences et technologies de l’information et de la communication. (Voir les livres suggérés)

 

D’autres lectures sont très appropriées pour découvrir ce vocabulaire de plus en plus élaboré. Voici dans un premier temps un document PDF de 60 pages de Boris Saulnier :

http://boris.saulnier.free.fr/DOCS/200309_Saulnier_ModeliMorphodyn.PDF

Septembre 2003, boris.saulnier@ens.fr

Au-delà du représentationnalisme symbolique : la modélisation constructiviste et morphodynamique des systèmes, et le défi de la compositionnalité.

 

Un autre document PDF de 88 pages, un mémoire d’une maîtrise en philosophie présenté à l’Université du Québec à Montréal, est disponible à l’adresse suivante :

http://www.archipel.uqam.ca/797/1/M10246.pdf

REPRÉSENTATION ET SYMBOLE DANS LES SCIENCES COGNITIVES

Par AHMED GHAZALI .Janvier 2008

RÉSUMÉ

Le débat qui, au sein des sciences cognitives, a fait rage entre les défenseurs et les détracteurs de la représentation tend à l’apaisement. Les modèles connexionnistes et dynamiques n’ont pas réussi leur pari, celui de rendre caduc le concept de symbole et encore moins celui d’éliminer le concept de représentation du discours cognitif. Non seulement la représentation, comprise dans le sens général comme état médiateur porteur d’information, se maintient comme un concept utile et efficace pour décrire tous les systèmes cognitifs, mais la représentation symbolique reste encore le meilleur outil pour expliquer certains processus cognitifs de haut niveau. En revanche, les modèles connexionnistes et dynamiques ont réellement révolutionné le concept de représentation en le dotant de propriétés dynamiques (sensibilité au contexte, corporéité et temporalité inhérente) qui se sont imposées dans l’explication des processus cognitifs de niveau fin. Le débat se déplace. La question n’est plus de savoir quel est le paradigme gagnant mais celle de savoir quel type de représentation convient pour décrire tel ou tel processus cognitif. La représentation se présenterait alors moins comme un concept figé que comme un cadre général ou un champ de potentiel qui se spécifie selon le processus cognitif à décrire. Cette approche est attestée par les modèles hybrides qui intègrent plusieurs formes représentationnelles au sein d’une même architecture. Elle trouve un support et une inspiration considérables dans l’oeuvre de Pierce.

Mots-clés: représentation, symbole, fonctionnalisme, computationalisme, Connexionnisme, théorie des systèmes dynamiques, Pierce, signe.

 

Un document d’un cours de Michel Bret sur le site http://www.inrev.univ-paris8.fr, donne un aperçu global et plutôt intuitif du connexionnisme :

http://www-inrev.univ-paris8.fr/extras/Michel-Bret/cours/bret/cours/conn/c1.htm

LE CONNEXIONNISME:
1. HISTORIQUE

Pour un exposé technique sur les réseaux neuronaux on se reportera au cours Le connexionnisme en image de synthèse d’autres questions plus spécialisées tels que les VA 5-3-3 systèmes adaptatifs sont traitées dans le cours La vie ARTificielle.

1-1 Béhaviorisme, physicalisme, fonctionnalisme et émergentisme

1-2 Sciences cognitives et informatique

1-3 L’approche symbolique

1-4 l’approche connexionniste

 

Un extrait d’un document de Pierre Steiner provenant du site suivant :

http://labyrinthe.revues.org/index754.html

Introduction cognitivisme et sciences cognitives

Pierre Steiner

p. 13-39

Résumé | Plan | Texte | Bibliographie | Notes | Citation | Auteur

Résumé

Dans les limites d’une introduction, j’expose les différentes assomptions (naturalisme, fonctionnalisme) et les principaux axiomes (représentationnalisme, computationnalisme) du paradigme cognitiviste. J’évoque également les critiques d’obédience neuroscientifique de ce programme, avant de présenter les théories qui critiquent son oubli des propriétés conscientes, somatiques, temporelles, environnementales, dynamiques et sociales de la cognition.

Plan

I. Introduction

II. Caractéristiques du cognitivisme : représentationnalisme et computationnalisme

III. Cognitivisme et niveaux d’analyse

IV. Cinq critiques (parmi d’autres) du paradigme cognitiviste

a. Un nouveau paradigme : le paradigme connexionniste

b. Critiques neuroscientifiques

c. Approches et intuitions phénoménologiques : corporéité et conscience

d. Confusions conceptuelles et caractère externaliste de l’esprit

e. L’esprit dans le monde

V. Conclusion

« On parle beaucoup de sciences cognitives ces derniers temps. Il paraît cependant nécessaire de distinguer l’édification d’une théorie scientifique ou la croissance d’une discipline scientifique avec des questions bien définies de la prolifération d’idées pour des théories possibles que personne ne sait, même en principe, comment réaliser. »
Hilary Putnam1

 

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Computationnalisme

Computationnalisme

Le cerveau humain, simple machine à effectuer des calculs ?

Le computationnalisme est une théorie fonctionnaliste en philosophie de l’esprit qui, pour des raisons méthodologiques, conçoit l’esprit comme un système de traitement de l’information et compare la pensée à un calcul (en anglais, computation[1]) et, plus précisément, à l’application d’un système de règles. Par computationnalisme, on entend la théorie développée en particulier par Hilary Putnam et Jerry Fodor[2], et non le cognitivisme en général.

Le terme a été proposé par Hilary Putnam en 1961, et développé par Jerry Fodor dans les années 1960 et 1970[2]. Cette approche a été popularisée dans les années 1980, en partie parce qu’il répondait à la conception chomskyenne du langage comme application de règles, et aussi parce que ce modèle computationnaliste était présupposé, selon Fodor, par les sciences cognitives et les recherches sur l’intelligence artificielle.

En anglais, la computation se réfère à la calculabilité, c’est-à-dire au fait de passer d’une entrée à une sortie par le biais d’un algorithme déterminé. Le computationnalisme n’est pas une thèse ontologique sur la nature de l’esprit : il ne prétend pas que toute pensée se réduit à un calcul de ce style, mais qu’il est possible d’appréhender certaines fonctions de la pensée selon ce modèle, qu’elles soient conscientes ou infraconscientes (par exemple les processus de vision, selon l’approche des neurosciences computationnelles développé par David Marr au début des années 1980[2]).

En termes de doctrine, le computationnalisme peut être caractérisé comme une synthèse entre le réalisme intentionnel et le physicalisme[2]. Le premier affirme l’existence et la causalité des états mentaux, et prend en compte les attitudes propositionnelles, c’est-à-dire la manière dont le sujet se comporte à l’égard d’une proposition (« je crois que x », « je pense que p », etc.). Le second affirme que toute entité existante est une entité physique. Le computationnalisme se présentait ainsi comme alternative à l’éliminativisme matérialiste, qui refusait l’existence de toute entité mentale[2]. Deux noyaux théoriques ont aussi été essentiels à la formation de la théorie computationnaliste : d’une part, le formalisme mathématique développé au début du XXe siècle, qui permet en gros de concevoir les mathématiques comme la manipulation de symboles à partir de règles formelles (axiomatique d’Hilbert) ; d’autre part, la calculabilité (et la machine de Turing). À l’aide de ces deux ensembles théoriques, on peut passer du noyau sémantique à la simple syntaxe mathématique, et de celle-ci à l’automatisation, sans jamais nier l’existence de la sémantique (c’est-à-dire du sens).

Le computationnalisme a été la cible de diverses critiques, en particulier de John Searle, Hubert Dreyfus, ou Roger Penrose, qui tournaient toutes autour de la réduction de la pensée et/ou de la compréhension à la simple application d’un système de règles. À la fin des années 1980, il a été concurrencé par un nouveau modèle cognitif, le connexionnisme[2]. Celui-ci vise à montrer qu’on peut expliquer le langage de la pensée sans faire appel à un raisonnement gouverné par un système de règles, comme le fait le computationnalisme[2].

Sommaire

VOIR AUSSI

SCIENCES COGNITIVES

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sciences_cognitives

CONNEXIONNISME

http://fr.wikipedia.org/wiki/Connexionnisme

Note : Si vous lisez tout ça vous serez sans doute un peu plus savant. À moins que vous ne le soyez déjà ! Bonne lecture !

 

Publicités

Théories de l’esprit dans le développement cognitif et social de l’enfant

Publié 31 octobre 2010 par ginettelavigne

 

Une thèse récente (juin 2010) de 322 pages est disponible sur ce sujet particulier:

 

 

Thèse de Stéphane Françoise Larzul :

 

Le rôle du développement des théories de l’esprit dans l’adaptation sociale et la réussite à l’école des enfants de 4 à 6 ans

 

Résumé

Depuis les années 80, les psychologues du développement ont montré l’importance de la compréhension des états mentaux, identifiée sous l’étiquette « théories de l’esprit », dans le développement cognitif et social de l’enfant. Ils rejoignent les préoccupations de travaux en sociologie et en sciences de l’éducation qui mettent l’accent sur la façon dont l’école sollicite la représentation des tâches scolaires comme des activités mentales. Dans ce contexte, la question qui se pose est de savoir si les théories de l’esprit constituent des variables psychologiques individuelles susceptibles de soutenir l’adaptation et la réussite à l’école. Pour y répondre deux études testent, de manière directe, le lien développemental, encore peu exploré, entre théories de l’esprit, adaptation sociale et réussite à l’école. L’étude transversale, qui porte sur 3 groupes d’enfants (N=121) ayant 4, 5 et 6 ans, montre que l’attribution implicite des états mentaux est davantage liée aux mesures de l’adaptation sociale et à la réussite scolaire que ne l’est le niveau d’attribution explicite. L’étude longitudinale teste 40 enfants à 4, 5 et 6 ans. Les analyses de régression confirment que l’attribution implicite des états mentaux contribue de façon spécifique à la prédiction de l’adaptation sociale et de la réussite scolaire et révèlent que la configuration des indices de développement des théories de l’esprit favorables à l’adaptation sociale et à la réussite scolaire n’est pas la même entre 4 et 6 ans. Ces résultats soutiennent l’intérêt d’introduire les théories de l’esprit dans l’analyse des facteurs psychologiques pouvant contribuer à l’adaptation sociale et à la réussite scolaire.

 

http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00505447/fr/

 

Université Rennes 2 Université Européenne de Bretagne (21/06/2010), Michel Deleau (Dir.)

 

Liste des fichiers attachés à ce document : 

PDF

http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/50/54/47/PDF/TheseLarzul.pdf

 

TheseLarzul.pdf (5.2 MB)

 

1 : 

LDPE – CRPCC – Laboratoire de Psychologie du Développement et de l’Education. UHB

 

mots-clés : théories de l’esprit – conduites sociales mentalistes – adaptation sociale – réussite scolaire

 

 

Note : Lien très intéressant avec le mot clé : réussite scolaire

 

http://www.ulaval.ca/crires/html/pubrecente.html

 

 

Les pratiques collaboratives en milieu scolaire : cadre de référence pour soutenir la formation

Fichier PDF de 97 pages

 

Définitions de théorie de l’esprit :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l’esprit

(Page consultée le 30 octobre 2010)

 

Une théorie de l’esprit est une conceptualisation partagée concernant l’esprit, donc :

En épistémologie, une théorie de l’esprit est une construction intellectuelle adoptée par un ou plusieurs auteurs concernant l’esprit, sa nature, son fonctionnement et/ou sa relation avec le corps.

En sciences cognitives, l’expression "théorie de l’esprit" désigne les processus cognitifs permettant à un individu d’expliquer ou de prédire ses propres actions et celles des autres agents intelligents. Cette aptitude enrichit qualitativement les interactions sociales (communication, collaboration, compétition, apprentissage, etc.); elle relève donc de la cognition sociale.

Le concept de Théorie de l’esprit se distingue de celui d’Empathie car il désigne la compréhension de tous les types d’états mentaux, alors que l’empathie s’applique aux sentiments et aux émotions (qui sont des qualia).

En épistémologie

De nombreuses théories concernant l’esprit sont discutées au sein de plusieurs disciplines: philosophie de l’esprit, théologie, neurosciences, psychologie, etc.

Exemples de théories concernant l’esprit

http://www.psychoweb.fr/divers/le-saviez-vous-/393-theories-de-l-esprit-s-imaginer-ce-que-pense-a.html

 

Théorie de l’Esprit : S’imaginer ce que pense autrui…

 

Proposé par Fabrice Pastor, le 30-03-2008

 

En sciences cognitives, il s’agit de l’aptitude d’un sujet à expliquer et à prédire ses propres actions et celles d’autrui, aptitude qui nécessite de pouvoir inférer que ces actions sont induites par des états mentaux. Cette aptitude est essentielle pour la vie en société : elle nous permet de comprendre l’autre, d’anticiper des réactions, de communiquer convenablement…

Le comportement face à autrui, qu’il soit gestuel ou verbal, qu’il concerne les « valeurs morales » ou encore l’adaptation de la relation au contexte cognitif et affectif est fortement influencé par la capacité à attribuer aux autres les contenus mentaux (pensées, sentiments) les plus vraisemblables.


Au niveau cérébral, le sillon temporal supérieur droit est activé avec la compréhension du sens d’histoires et de dessins mettant en scène des personnes mais aussi par les mouvements des mains, du corps, de la bouche, du regard et des mimiques émotionnelles. Son rôle serait ainsi de détecter et d’expliquer les comportements d’autrui en leur attribuant soit une cause physique, soit une « intention » à l’égard de soi.


Les pôles temporaux quant à eux, sont activés dans les situations de rappel en mémoire épisodique visuelle ou auditive, en mémoire émotionnelle autobiographique : la capacité à inférer les contenus mentaux d’autrui peut avoir à s’appuyer sur l’expérience propre du sujet, donc sur sa mémoire personnelle, épisodique et sémantique.

 

Si ces 2 régions contribuent ainsi à la Théorie de l’Esprit, des arguments solides indiquent que la région essentielle à la « mentalisation » des intentions d’autrui se situe dans le cortex paracingulaire : ainsi s’active-t-elle quand un individu joue un jeu permettant des gains contre une personne mais ne s’active pas si ce jeu est dirigé contre un ordinateur. Mais la

« mentalisation » recrute également les régions du cerveau impliquées dans l’interprétation générale des comportements, contribuant ainsi aux réseaux neuronaux impliqués dans la cognition sociale et en particulier l’amygdale et le cortex orbito-frontal.

 

 

Les perturbations de la théorie de l’esprit

 

Des perturbations de la Théorie de l’Esprit sont observées dans l’autisme, le syndrome d’Asperger, les schizophrénies à forme paranoïde. Un déficit des fonctions exécutives est souvent, mais non constamment, associé à une altération de la Théorie de l’Esprit. De même, l’altération de la Théorie de l’Esprit pourrait être au cœur des perturbations de la cognition sociale observées dans les démences fronto-temporales.

On a également montré des troubles de la Théorie de l’Esprit dans la maladie de Parkinson et dans la maladie d’Alzheimer.


Enfin, on trouve souvent chez les traumatisés crâniens des troubles de la cognition sociale, notamment des troubles de la communication et des difficultés pour décoder le langage figuratif, qui nécessitent l’intégrité de la théorie de l’esprit pour inférer les états mentaux de l’interlocuteur.

 

Neurosciences

Publié 31 août 2010 par ginettelavigne

 

Les neurosciences m’interpellent et me fascinent de plus en plus. Je m’intéresse à la compréhension du fonctionnement du cerveau et de tout ce qui lui est rattaché comme les émotions, la spiritualité, etc. J’ai d’ailleurs mis un article sur ce sujet dans mon blog « Blog collaboratif d’essai ». Le titre de l’article est « Livre de neurosciences : Du cerveau à Dieu ».

 

Il s’agit d’une expérience scientifique particulière menée par Mario Beauregard, chercheur en neurosciences à l’Université de Montréal, basée sur l’observation du cerveau de gens faisant des méditations profondes comme par exemple les sœurs Carmélites vivant au Canada.

 

http://blogcollaboratifd-essai.blogspirit.com/archive/2010/08/31/livre-de-neurosciences-du-cerveau-a-dieu.html

 

 

Voici ce que l’encyclopédie Wikipédia du 30 août 2010 a à nous révéler sur ce que sont les neurosciences :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Neurosciences

 

Les neurosciences correspondent à l’ensemble de toutes les disciplines biologiques et médicales qui étudient tous les aspects, tant normaux que pathologiques, des neurones et du système nerveux.

Les neurosciences étudient le développement, la structure et le fonctionnement du système nerveux, du niveau moléculaire au niveau psychologique, avec les méthodes et les moyens des sciences biologiques (biologie, biochimie, pharmacologie, anatomie et physiologie) et sciences médicales (neurologie, neuropsychologie et psychiatrie) et des sciences psychologiques (psychologie cognitive).

Le terme de neurosciences apparaît à la fin des années 1960, pour désigner une branche des sciences biologiques. Mais depuis les années 1990, avec l’accroissement des connaissances, le champ et la portée des neurosciences a considérablement augmenté. De nouvelles disciplines, physique, mathématiques, statistiques, informatique, sciences cognitives et philosophie, se sont intéressées à ce domaine d’étude.

Grâce aux apports de toutes ces disciplines, les neurosciences permettent actuellement l’étude pluri- et interdisciplinaire du système nerveux, normal et pathologique, tant au niveau de son fonctionnement moléculaire élémentaire, que dans ses fonctions intégrées les plus élaborées : les émotions, les comportements, la cognition et le psychisme.

Les neurosciences sont constituées de diverses disciplines dont les frontières sont relativement floues. Les principales sont données ci-dessous :


[…] Aujourd’hui, l’étude du système nerveux passe par de multiples approches qui suivent deux grandes directions :

  • une approche ascendante (ou bottom-up) qui étudie les briques de base du système nerveux pour essayer de reconstituer le fonctionnement de l’ensemble;
  • une approche descendante (top-down) qui, en étudiant les manifestations externes du fonctionnement du système nerveux, tente de comprendre comment il est organisé et comment il fonctionne.

Ces deux démarches, ascendante pour la première et descendante pour la dernière, commencent aujourd’hui à se rencontrer à un carrefour formé par l’imagerie cérébrale et plus généralement les neurosciences cognitives. En effet, les techniques d’imagerie cérébrale permettent de déterminer comment une fonction cognitive précise est réalisée dans le système nerveux en mesurant divers corrélats de l’activité neuronale (vasculaire pour l’IRM fonctionnelle, électrique pour l’EEG…) lorsque le sujet (humain ou non) réalise une tâche donnée (écouter un son, mémoriser une information, lire un texte…).

Les applications

L’une des activités les plus médiatisées des neurosciences est l’atlas neuro-fonctionnel du cerveau. Une autre en plein essor est la neuropsychologie. Une meilleure connaissance des pathologies neuronales est aussi un domaine considéré crucial. On peut aussi citer le développement de la neuroéconomie.

Dans ce dernier domaine, les recherches auraient montré que certaines décisions dans des domaines censés être rationnels (achats et vente en bourse) seraient souvent liées à de fortes excitations et émotions, mettant en jeu des zones du cerveau associées au plaisir ou à la souffrance. Cela ouvre la voie à l’exploration du rôle des émotions dans le processus de décision quel que soit le domaine.

Histoire des neurosciences

Article détaillé : Histoire du cerveau.

Historiquement, les neurosciences ont d’abord émergé comme une branche de la biologie et de la médecine, philosophiquement inspirée par le scientisme du XIXe siècle et postulant l’absence de toute cause endogène (auto-générée) du comportement humain. Avec l’évolution des connaissances scientifiques et des méthodes la chimie, la psychologie, l’informatique et la physique ont par la suite amplement contribué aux progrès de cette discipline. Par ailleurs, il ne faut pas oublier une branche moderne de la philosophie qui a eu et, qui a encore, un impact important sur la façon d’approcher les neurosciences notamment au travers de ce qu’on appelle les sciences cognitives. Un exemple des plus célèbres de la confrontation entre philosophie et neuroscience est la quête d’une localisation de l’âme dans le cerveau. Ainsi, au XVIIe siècle, le philosophe René Descartes utilisait un argument neuroscientifique pour faire de la glande pinéale le siège de l’âme (tout en accordant à cette dernière une existence distincte) : alors que les différentes structures du cerveau possèdent chacune un symétrique dans l’autre moitié du cerveau, ce n’est pas le cas de la glande pinéale . Si les termes de cette question particulière sont aujourd’hui dépassés, l’approche philosophique du scientisme continue de jouer un rôle important sur les paradigmes mis en œuvre dans les neurosciences.

Les chercheurs renommés

Plusieurs personnalités scientifiques oeuvrant dans le domaine des neurosciences ont été récompensées du Prix Nobel de médecine et de physiologie :

Lire la suite : http://fr.wikipedia.org/wiki/Neurosciences

 

Autres liens

http://www.tredanielwebtv.com/Neuroscience-prouvant-existence-de-l-ame-Mario-Beauregard-auteur-Du-Cerveau-a-Dieu_a96.html

Neuroscience prouvant existence de l’âme – Mario Beauregard, auteur ‘Du Cerveau à Dieu’

http://www.editions-tredaniel.com/cerveau-dieu-p-3515.html

 

http://www.blogparanormal.com/parapsychologie/du-cerveau-a-dieu-mario-beauregard-interview-denyse-oleary/

Entretien avec Denyse O’Leary, coauteure du livre «Du cerveau à Dieu» (avec Mario Beauregard)

 

http://francais.mcgill.ca/newsroom/news/item/?item_id=163455

Nouvelles, 10 mai 2010. Une entente transatlantique redynamise la recherche en neuroscience

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Neurosciences

Portail Neurosciences

 

http://www.psy.ulaval.ca/~neuro/

École de Psychologie
Pavillon Félix-Antoine Savard
Université Laval
Sainte-Foy, Québec, Canada

 

http://juliehorn.ca/2010/06/entreprises/theorie-defaut-evolutif-travail-neuroscience-et-biologie-comportementale/

La théorie du « défaut évolutif » au travail, selon la neuroscience et la biologie comportementale par Julie Horn, 4 juin  2010

 

 

Le site d’astronomie d’Olivier Esslinger

Publié 31 juillet 2010 par ginettelavigne

Après avoir visionné le film Einstein et Eddington*, que j’ai trouvé très intéressant en passant, j’ai fait une petite recherche sur Internet**. J’ai découvert le site d’un doctorant en astronomie très généreux et sûrement passionné, son nom est Olivier Esslinger.

 

* BANDE ANNONCE : Film Einstein et Eddington

http://www.youtube.com/watch?v=K4xBoVt9-po

 

http://www.critictoo.com/hors-series/telefilms/einstein-and-eddington/

 

http://en.wikipedia.org/wiki/Einstein_and_Eddington

Site en anglais mais nous permet de voir le vrai visage d’Arthur Eddington

 

 

** 7. Albert Einstein (1879-1955)

http://www.aim.ufr-physique.univ-paris7.fr/CHARNOZ/homepage/GRAVITATION/grav7.html

 

Relativité générale

http://fr.wikipedia.org/wiki/Relativit%C3%A9_g%C3%A9n%C3%A9rale

 

Loi universelle de la gravitation

http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_universelle_de_la_gravitation

 

Catégorie: Théorie scientifique

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Th%C3%A9orie_scientifique

 

 

Astronomie, le site remarquable d’Olivier Esslinger

 

http://www.astronomes.com/index.html

 

ACCUEIL     SOMMAIRE     INDEX     ACTUALITE     CARTE DU CIEL     LIENS

 

Introduction à l’astronomie

Pour les gens pressés : Une brève histoire de la matière, du Big Bang aux planètes

 

http://www.astronomes.com/pages/sitemap.html

Sommaire

Voir les détails sur le site.

 

Le développement de l’astronomie

 De l’antiquité au moyen-âge

 

L’avènement de l’astronomie moderne 

 

La naissance de l’astrophysique

 

L’astronomie des XXe et XXIe siècles

 

Chronologie de l’astronomie

  

Le système solaire interne

Evolution

 

Mercure et Vénus

  

La Terre

  

La Lune

  

De Mars à la ceinture d’astéroïdes

  

Le système solaire externe

Jupiter

  

Saturne

  

Les confins du système solaire

  

Annexes

Caractéristiques physiques des planètes

Paramètres orbitaux des planètes

Nomenclature planétaire de A à L

Nomenclature planétaire de M à Z

 

Le Soleil et les étoiles

Le Soleil

 

Etudier les étoiles

 

La séquence principale

  

Les géantes rouges

 

La fin des étoiles

Nébuleuses planétaires et naines blanches

  

Supernovae et étoiles à neutrons

  

La relativité

La quête de l’espace absolu

La relativité restreinte

La dilatation du temps

Espace, masse, espace-temps

Gravité et accélération

La relativité générale

Les vérifications de la relativité

Les ondes gravitationnelles

 

Les trous noirs

Les trous noirs

Autour d’un trou noir

L’observation des trous noirs

 

Résumé

Evolution stellaire

 

Le milieu interstellaire et la Galaxie

Le milieu interstellaire

 

La formation des étoiles

 

La Galaxie

 

Les galaxies

D’autres galaxies

  

Les galaxies particulières

 

Des amas à la structure à grande échelle

 

L’Univers

L’expansion de l’Univers

 

L’âge de l’Univers

  

La cosmologie

Relativité générale et cosmologie

La courbure de l’Univers

L’accélération de l’expansion et l’énergie sombre

 

La masse cachée

La masse cachée des galaxies

La masse cachée intergalactique

La matière sombre baryonique

Détecter la matière sombre baryonique

La matière sombre exotique

 

L’avenir de l’Univers

L’avenir des galaxies et des amas

L’évaporation des trous noirs

La disparition de la matière

Le Big Crunch

Le Big Bang

Les particules et leurs interactions

La matière

Les forces

La grande unification

La théorie du Tout

Les particules virtuelles

 

La naissance de l’Univers

L’ère de Planck

L’inflation

L’homogénéité et la platitude de l’Univers

La naissance de la matière

 

L’évolution de la matière

L’ère hadronique

L’ère leptonique

La nucléosynthèse primordiale

Recombinaison et rayonnement fossile

 

La formation des galaxies

Les fluctuations de densité

Formation des structures de l’Univers

Observation du rayonnement fossile

 

Constantes fondamentales et univers parallèles

La dualité onde-particule

Le paradoxe EPR

Le réglage des constantes fondamentales

Le chat de Schrödinger

Les univers parallèles

 

Les planètes et la vie

 

Les planètes extrasolaires

Les disques protoplanétaires

Les méthodes de détection d’exoplanètes

Les observations d’exoplanètes

Quelques exemples d’exoplanètes

Les missions spatiales sur les exoplanètes

 

L’apparition de la vie sur Terre

La chimie de la vie

L’apparition de la vie

La vie devient plus complexe

La vie hors de l’eau

 

La possibilité de vie extraterrestre

Les conditions favorables à la vie

Détecter des civilisations extraterrestres

Le paradoxe de Fermi

 

Carte interactive : L’aspect du ciel vu depuis n’importe quel point de la terre

http://www.astronomes.com/planetarium/frenchplanetarium.html

Cet applet Java vous permet de recréer l’aspect du ciel à un moment donné vu depuis n’importe quel point de la Terre. Il montre les positions du Soleil, de la Lune, de Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, ainsi que de 1377 étoiles brillantes. Pour identifier une constellation, il suffit de la cliquer. Remarquez que le Soleil, la Lune et les planètes sont représentés bien plus grands qu’en réalité. La taille apparente du Soleil ou de la Lune, par exemple, ne devrait être que d’un pixel environ.

Les algorithmes sont basés sur le livre ‘Calculs astronomiques à l’usage des amateurs’, Jean Meeus, Société astronomique de France, Paris, 1986. […]

 

Les mathématiques pour tous

Publié 30 septembre 2009 par ginettelavigne

Un site pratique et plein de ressources :

 

http://www.sesamath.net/

Les mathématiques pour tous

 

Travailler ensemble, s’entraider … communiquer !


Sesamath pour les profs : les mathématiques ensemble (7855 inscrits, accès réservé).

Un regard sur l’enseignement actuel des Mathématiques.

Une revue en ligne consacrée à l’utilisation des TICE par les professeurs dans leur enseignement.

Le site des maths post-bac : cours, documents et le forum.

Des listes de discussion pour les profs de maths. Venez échanger.

La lettre d’information et ses archives, le Forum où l’on parle de tous les projets de Sésamath.

Un lieu de ressources et de mutualisation des expériences pour l’enseignement des proba-stat.

Sesamath et l’hôpital : pour partager avec tous ceux qui enseignent en milieu hospitalier.


Comprendre, réviser, s’entraîner, progresser …


Télécharger les manuels Sésamath et visionner tous les diaporamas et les compléments.

Un site dédié aux élèves pour retrouver toutes les ressources de Sésamath.

Des dizaines d’exercices de Brevet interactifs sur Internet.

Des corrections animées de sujets de baccalauréat.

Des centaines d’exercices interactifs sur Internet !

Activités, cours, exercices, calcul … pour le collège.

Calculatice : Rallye et exercices de calcul mental à la liaison   CM2/6e en partenariat avec l’Inspection académique du Nord.

S’entraîner au brevet dans les 3 disciplines : Maths, Français et   Histoire-Geo


Des sites pour un laboratoire de mathématiques


Un tableur mathématique sur Internet pour le collège

Les instruments de géométrie virtuels pour créer des animations personnalisées.

La géométrie dynamique sur Internet, sans aucune installation
 


Pour les enseignants : écrire des documents mathématiques correctement


Des macros pour écrire des maths avec OpenOffice

Des macros pour écrire des maths avec OpenOffice
Hébergé par le CITIC74 – CNIL n° 447981568 – Sésamath 2005-2007

Biovisions site audiovisuel de science biologique

Publié 30 juillet 2009 par ginettelavigne

 

Malgré le fait que ce site Web de l’Université d’Harvard soit complètement en anglais, il est intéressant de visionner de petits films d’animation très instructifs en science de la biologie. Par exemple, on peut voir dans la page d’accueil actuelle une partie d’un film d’animation représentant la construction et la destruction d’une chaîne de molécules, il s’agit d’une chaîne de protéines. Les particules s’assemblent les unes à la suite des autres puis se dissocient de la même manière, mais à l’envers. Il y a une scène particulière où l’on se croirait  en pleine séquence d’un film de science fiction, on dirait un petit robot se promenant en ligne droite à l’aide de pattes munies d’un genre de pied sur la longue chaîne de molécules. Et dire que cela se fait et se refait continuellement dans notre corps sans que l’on s’en rende compte. La vie a de nombreux secrets et l’on ne commence seulement qu’à percer ses mystères.

 

http://multimedia.mcb.harvard.edu/

 

Extrait d’un film d’animation de BioVisions at Harvard University.

 

This ABC World News broadcast was taped: December 2006.

 

 

 

Dans la section ALL MEDIA, voir un ensemble de vidéos, d’échantillons de film d’animation ou de projets médias concernant des découvertes en biologie.

 

 

http://multimedia.mcb.harvard.edu/

 

SIGGRAPH AWARD WINNING ANIMATION:

The creation of the materials presented have been made possible by the Howard Hughes Medical Institute.

 View sample animations, video clips, and media projects below.* Please Note: Viewing media samples

 may require you to install free Apple Quicktime Player and/or Flash Macromedia Plugin on your system.

 

 

Et dans la section About BioVisions:

 

http://multimedia.mcb.harvard.edu/

 

BIOVISIONS AT HARVARD UNIVERSITY

 

Research in the biological sciences often depends on the development of new ways of visualizing important processes and molecules. Indeed, the very act of observing and recording data lies at the foundation of all the natural sciences. The same holds true for the teaching and communication of scientific ideas; to see is to begin to understand. The continuing quest for new and more powerful ways to communicate ideas in biology is the focus of BioVisions at Harvard University.

 

The potential of multimedia in the area of biology education has yet to be fulfilled. Indeed, multimedia as a means of imparting biological information is years behind its use in other areas such as entertainment. BioVisions is meant to close this gap by combining the highest quality multimedia development with rigorous scientific models of how biological processes occur. In addition, this new generation of science visualizations are not meant to simply be simulations or mirrors held up to reality, rather they are designed with a specific pedagogical goal in mind. This means that each decision made on how to represent a given biological process also includes consideration of how best to visually communicate particular aspects of the process.

 

BioVisions is based on a collaborative community of Harvard scientists, teaching faculty, students, and multimedia professionals. It is directed by Dr. Robert A. Lue, who founded BioVisions with generous and continuing support from the Howard Hughes Medical Institute and Harvard University.

Podcasts du domaine scientifique

Publié 31 juillet 2007 par ginettelavigne

Le Collège de France propose en écoute libre, à l’aide du logiciel iTunes pour Mac ou PC, de nombreux podcasts audio. Il s’agit de cours, de conférences  ou de documents d’enseignement. C’est complet et gratuit! Il y a même des fichiers de format PDF que l’on peut ouvrir avec le lecteur iTunes.

 

Les domaines scientifiques offerts par le Collège sont les suivants :

 

 Général

 Biologie

 Philosophie

 Droit

 Histoire

 Littérature

 

Il est écrit sur leur site :

le podcasting

http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/pub_pod/index.htm

 

Abonnez vous gratuitement à la diffusion scientifique en audio du Collège de France et recevez automatiquement sur votre ordinateur les fichiers de vos conférences préférées. Ensuite vous pouvez les transférer sur votre baladeur numérique (Clé USB, iPod…)

Mode d’emploi :

Si vous souhaitez « podcaster » les cours du Collège de France, il vous suffit de choisir le domaine de recherche qui vous intéresse (Biologie, philosophie, droit…).
En sélectionnant l’un d’eux, vous téléchargerez le logiciel « iTunes » (si votre ordinateur ne l’a pas déjà enregistré !). Il ne vous reste plus qu’à télécharger les cours dont les titres sont apparents.

Adresse pour télécharger iTunes :
http://www.apple.com/fr/itunes/download/

 

 

Podcasts et blogs

 

Un exemple de blog avec podcasts sur la plateforme over-blog.com:

 

Le blog qui relie les savoirs et les féconde

Un blog parlant de blogs, de ce qu’on en fait, de ce qu’on en dit, de qu’on écrit à son sujet; un blog pour essayer de comprendre ce nouveau média.

http://studyblog.over-blog.com/