Un collaboratif : Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires

Publié 31 janvier 2008 par ginettelavigne

Un autre exemple de collaboration sur le Web qui tourne en résultat concret : le livre « Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires ». Dix collègues blogueurs ont participé à une expérience d’écriture en coopération pour la réalisation d’un ouvrage dont chacun a rédigé sa partie en fonction des thèmes suivants :

http://carnets.opossum.ca/mario/archives/tags/bloguer_pour_apprendre/

Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires?

 

Pour influencer

Pour vendre

Pour informer

Pour réseauter

Pour se souvenir

Pour apprendre

Pour se définir

Pour être vu

Pour communiquer

Pour provoquer

Il est écrit : http://www.pourquoibloguer.com/

 

Un Collectif, dix blogueurs et une vision : bloguer!

 

Dix experts du domaine sont réunis dans une démarche collective qui prend forme aux Éditions Isabelle Quentin (iQ). Chacun apporte sa perspective du phénomène « blogue » à travers le prisme du vaste monde des affaires. Ils s’entendent sur une chose: il y a plusieurs façons de répondre à la question « pourquoi bloguer ? », mais l’essentiel reste d’avoir quelque chose à dire… pour initier la conversation!

 

Ce livre vous donnera l’envie de bloguer. Et si vous en avez déjà le goût, vous aurez dix raisons de plus de vous lancer dans cette belle aventure!

 

Note : Chacun des auteurs a préparé une courte réflexion en regard de leur chapitre respectif :

Liste des chapitres

Bloguer pour influencer par Martin Lessard

« Ce que les blogueurs ont remarqué, c’est que rapporter un événement, le crée plus qu’il ne le rapporte. C’est leur premier pouvoir : "créer" la réalité. Ensemble, par la force du nombre, ils donnent à voir ce qui se passe d’une autre façon. »

« Ce que les blogueurs ont remarqué, c’est que rapporter un événement, le crée plus qu’il ne le rapporte. C’est leur premier pouvoir : "créer" la réalité. Ensemble, par la force du nombre, ils donnent à voir ce qui se passe d’une autre façon. »

Bloguer pour vendre par Michel Leblanc

« Si vous êtes passionné par votre travail vous pouvez certainement en parler des heures durant avec vos confrères, clients et partenaires d’affaires. Pourquoi ne pourriez-vous en faire autant sur un blogue? »

Bloguer pour informer par Tristan Péloquin

« Les grands médias d’information québécois se sont lancés pieds joints dans la blogosphère, à l’image de leurs équivalents américains. En peu de temps, l’influence de ces blogues médiatiques est devenue majeure, et ne cesse de croître. Depuis quelques mois, il n’est pas rare d’entendre des extraits de blogues médiatiques dans les revues de presse matinales de Marc Laurendeau, à la radio de Radio-Canada. »

« Les grands médias d’information québécois se sont lancés pieds joints dans la blogosphère, à l’image de leurs équivalents américains. En peu de temps, l’influence de ces blogues médiatiques est devenue majeure, et ne cesse de croître. Depuis quelques mois, il n’est pas rare d’entendre des extraits de blogues médiatiques dans les revues de presse matinales de Marc Laurendeau, à la radio de Radio-Canada. »

Bloguer pour réseauter par Marie-Chantale Turgeon

« Ce livre s’adresse autant aux travailleurs autonomes qu’aux gestionnaires de grande entreprise, aux gens intéressés par le potentiel de réseautage des outils de blogues, aux artistes entrepreneurs, curieux et patenteux de tout genres intrigués par le blogue et les possibilités offertes par l’outil, ainsi qu’aux blogueurs débutants et blogueurs en manque d’inspiration! »

« Ce livre s’adresse autant aux travailleurs autonomes qu’aux gestionnaires de grande entreprise, aux gens intéressés par le potentiel de réseautage des outils de blogues, aux artistes entrepreneurs, curieux et patenteux de tout genres intrigués par le blogue et les possibilités offertes par l’outil, ainsi qu’aux blogueurs débutants et blogueurs en manque d’inspiration! »

Bloguer pour se souvenir par Claude Malaison

« En plus de déclencher le partage de connaissances et d’expertise, les agrégations de blogues permettent l’articulation et l’organisation des idées, développent et maintiennent les expertises, humanisent l’entreprise, génèrent la communication et favorisent une plus grande appartenance. »

« En plus de déclencher le partage de connaissances et d’expertise, les agrégations de blogues permettent l’articulation et l’organisation des idées, développent et maintiennent les expertises, humanisent l’entreprise, génèrent la communication et favorisent une plus grande appartenance. »

Bloguer pour apprendre par Mario Asselin

« La connaissance est maintenant partout. Plusieurs blogueurs qui utilisent ces outils dans le monde entier pour apprendre et faire apprendre vous le diront… Les gens d’affaires de demain (hommes et femmes) seront ceux qui sauront s’entourer de gens connectés et intégrés dans de multiples réseaux. »

« La connaissance est maintenant partout. Plusieurs blogueurs qui utilisent ces outils dans le monde entier pour apprendre et faire apprendre vous le diront… Les gens d’affaires de demain (hommes et femmes) seront ceux qui sauront s’entourer de gens connectés et intégrés dans de multiples réseaux. »

Bloguer pour se définir par Sylvain Carle

« Le petit déclic, l’étincelle qui fait démarrer votre blogue, elle surgit au sein de l’expérience du blogue. De contact avec son auteur. Au commencement était le Blogue, et le Blogue était de son Auteur. C’est la première loi immuable du blogue selon Ste-Grenouille-Dans-La-Vallée. Un blogue est son auteur. »

« Le petit déclic, l’étincelle qui fait démarrer votre blogue, elle surgit au sein de l’expérience du blogue. De contact avec son auteur. Au commencement était le Blogue, et le Blogue était de son Auteur. C’est la première loi immuable du blogue selon Ste-Grenouille-Dans-La-Vallée. Un blogue est son auteur. »

Bloguer pour être vu: le vidéoblogue par Philippe Martin

« Le domaine de la vidéo en ligne est de toute évidence en forte croissance. La porte d’entrée est grande ouverte pour ceux qui veulent utiliser cette approche. Tous les maillons de la chaîne sont désormais en place pour permettre à tout et chacun d’administrer sa propre micro-marque média et cela sans d’importantes connaissances technologiques ni de gros investissements financiers. Et nous n’en sommes qu’au début !!! »

« Le domaine de la vidéo en ligne est de toute évidence en forte croissance. La porte d’entrée est grande ouverte pour ceux qui veulent utiliser cette approche. Tous les maillons de la chaîne sont désormais en place pour permettre à tout et chacun d’administrer sa propre micro-marque média et cela sans d’importantes connaissances technologiques ni de gros investissements financiers. Et nous n’en sommes qu’au début !!! »

Bloguer pour communiquer par Marc Snyder

« Les blogues et médias sociaux sont la première opportunité pour les consommateurs de vraiment communiquer avec leurs publics. On retourne l’équation à 180°. Les consommateurs/membres/usagers/électeurs peuvent enfin communiquer directement avec les entreprises/associations/organismes/politiciens. »

« Les blogues et médias sociaux sont la première opportunité pour les consommateurs de vraiment communiquer avec leurs publics. On retourne l’équation à 180°. Les consommateurs/membres/usagers/électeurs peuvent enfin communiquer directement avec les entreprises/associations/organismes/politiciens. »

Bloguer pour provoquer par Martin Ouellette

« En ligne, on ne force personne. Les internautes sont maîtres de leurs actions. Ils sont réveillés aussi. Alors, pour insister à une réaction donnée sans tordre un bras, il nous reste la provocation. Celle qui passe par l’excitation ou autre forme de manipulation. Bloguer n’échappe pas à cette nécessité ! »

 

 

Idée de collaboration avec le public

 

Mario Asselin, coach scolaire et catalyseur de communautés d’apprentissage, auteur du chapitre « Pour apprendre », est l’ancien directeur de l’Institut  Saint-Joseph de Québec. Il a conçu le blog « Mario tout de go » en l’an 2002 (selon les archives) et poursuit encore actuellement cette activité avec passion. Il s’est servi de cette espace Web pour présenter son chapitre au public dans le but de faire participer les internautes au remaniement de ses écrits et affirmations. L’auteur est, par contre, un peu déçu du manque de partage de connaissance ou de discussion constructive de cette expérience :

 

« Enfin, jusqu’à maintenant, la publication sur cinq billets du contenu de mon chapitre a pu contribuer certainement à faire vendre notre bouquin, mais n’a provoqué aucun commentaire (ou presque) ce qui me désole un peu parce que j’avais espéré que la conversation enrichirait le contenu (en vue d’une deuxième édition, ou pas). »

 

http://carnets.opossum.ca/mario/archives/2007/10/pourquoi_bloguer_le_livre_sen_vient.html

 

 

Mario Asselin nous donne la possibilité de lire son chapitre « Pour apprendre »  à l’adresse suivante :

 

Fichier PDF de 12 pages (régulier) :

http://carnets.opossum.ca/mario/archives/Asselin_Mario_apprendre.pdf

 

PDF de 6 pages (spread) :

http://carnets.opossum.ca/mario/archives/Asselin_Mario_Apprendre_spread.pdf

 

J’ai apprécié lire plus spécifiquement cet extrait dans la section « Apprendre, savoir apprendre et entreprendre » au sujet de son expérience de blogging en milieu éducatif:

 

J’étais directeur d’une école privée dans un quartier bien en vue de Québec. Mon école disposait d’une clientèle abondante qui était formée de parents animés d’un fort sentiment d’appartenance à l’institution. L’idée de voir apparaître sur les sites Web de l’école des fautes d’orthographe (du directeur autant que des élèves) ne cadrait absolument pas avec les standards de la maison. L’arrivée de la réforme de l’éducation, qui n’avait pas bonne presse, coïncidait avec l’implantation d’un nouveau programme pour « les plus vieux » du primaire, où chaque élève disposait d’un ordinateur portable pour apprendre. Je m’étais dit qu’il fallait que je m’administre ma propre médecine (celle des blogues) si je voulais demeurer crédible auprès des parents et des professeurs à qui je « vendais » l’idée qu’un des principaux leviers de cette nouvelle « cyberpédagogie » était la pratique carnetière sur le Web.

 

J’ai été agréablement surpris dès le départ de la courtoisie avec laquelle les gens ont pointé mes défaillances. En reconnaissant qu’il y avait de l’audace dans le fait d’exposer ainsi, candidement, ses forces et ses faiblesses, les gens que je rencontrais sur le Web autant que dans les corridors étaient moins préoccupés par les fautes et les imperfections qu’intrigués par mes propositions pour les corriger. Et je ne parle pas de l’impact d’avoir accès à plusieurs de mes réflexions… Autrement dit, sur un blogue, la sincérité avec laquelle vous vous engagez à corriger ce qui ne marche pas importe davantage que le souci de ne rien laisser paraître de vos imperfections. Les 40 jeunes avec qui je vivais cette expérience  me faisaient remarquer la même chose : « Les gens sont gentils, mais il faudrait peut-être qu’ils en reviennent un peu de nos fautes. Comment veulent-ils qu’on apprenne si on ne peut pas faire d’erreur ? »

 

La pression était forte en octobre 2003 dans mon bureau. Mon blogue m’a bien servi par les nombreux dialogues qui me guidaient dans le chemin à fréquenter. Je me suis même pris au jeu en classe. C’est en dialoguant avec les élèves que je me suis laissé conduire vers un système d’icônes que les jeunes voulaient que j’invente. « Quand on mettra “Texte de qualité”, les gens nous parleront de nos fautes, mais, si on met “Texte en construction”, les gens comprendront que notre travail n’est pas fini et qu’ils doivent nous parler d’autres choses que des fautes… » L’essentiel était là. Comprendre que c’est en écrivant qu’on devient meilleur écrivain, que c’est en lisant qu’on devient meilleur lecteur. Ça s’est passé comme ça pour moi aussi. Le blogue m’a fourni l’encadrement pour développer un talent que je ne me connaissais pas. En plus, autant avec les élèves qu’avec les parents ou les membres du personnel, je ne compte pas le nombre de conversations qui découlaient de ce qui était écrit sur nos blogues. La communauté d’apprentissage était en train de se bâtir…

 

 

NOTE : Lors de ma recherche sur les blogs, je me suis justement inspirée des propos de quelques-uns de ces blogueurs pour rédiger mon rapport d’application sur les blogs.

 

Dans ce rapport de 335 pages, à la fin de mon introduction, je propose, moi aussi, l’idée d’une continuité pour parfaire ce travail de compilation de définitions et d’usages des blogs. J’explique l’importance d’une collaboration entre communautés de réseaux sur le Web, qui est non seulement possible virtuellement et concrètement, mais qui devient très vite naturelle pour un blogueur et d’une facilité déconcertante.

 

Les écrits de ce rapport pourraient être partagés avec les communautés de blogueurs qui ont le goût de le compléter ou d’ajouter des commentaires pour rectifier certaines erreurs qui s’y seraient glissées. C’est ça l’apprentissage continu! Il n’y a pas de fin. Il est trop tôt pour prédire comment les communautés sociales et éducatives vont réagir à ce phénomène qui est là pour durer. Il n’y a pas de doute, mon expérimentation de pratique de blogging m’a amenée dans des sentiers nouveaux, dont je suis fière d’avoir découverts, mais qui m’ont demandé des efforts considérables et une ténacité à toute épreuve.

 

Je recommande fortement aux institutions éducatives de s’intégrer le plus rapidement possible à ce courant révolutionnaire que propose Internet et ses nouveaux outils de collaboration. Le blog est l’un des produits des plus faciles d’approche. Il est un outil de collaboration à la disposition des individus sur un réseau planétaire. Les connaissances transmises de blogueur en blogueur, de site Web en site Web, se font maintenant sur un plan transversal, abolissant la hiérarchie des classes sociales permettant à « monsieur Tout-le-Monde » de s’exprimer et de participer. Le Web futur en est un de participation. Les enseignants, étudiants, chercheurs et personnel d’établissement scolaire ont avantage à collaborer tous ensemble afin de tenter d’améliorer les pratiques pédagogiques pour le mieux-être, non seulement du milieu éducatif, mais de toute la société en général.

 

"ÉTUDE SUR LES BLOGS ET EXPÉRIMENTATION DE PRATIQUE DE BLOGGING DANS UN CONTEXTE ÉDUCATIF" par Ginette Lavigne, NOVEMBRE 2007. Le rapport est aussi disponible en fichier Word joint (doc 3.5 Mo ou zip 1.5 Mo) à l’adresse suivante: (Article du blog collaboratif d’essai: Rapport sur les blogs)

http://blogcollaboratifd-essai.blogspirit.com/archive/2007/11/29/rapport-sur-les-blogs.html

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :