Cyberthèses de l’Université Lyon 2

Publié 29 janvier 2007 par ginettelavigne

Je viens tout juste de déposer mon rapport de projet d’application, le 22 janvier dernier, à l’Université du Québec à Montréal. Il comprend 330 pages sur l’étude des blogs comme outil d’expression, de communication et média interactif des masses. Mon document est en attente d’une correction, il s’agit de mon premier dépôt. 

Je me suis rendu compte qu’une publication électronique de mon document serait plus profitable aux lecteurs qu’une copie papier conventionnelle. Mon étude étant basée sur une profusion d’informations provenant de sites Web sur Internet, la consultation interactive des nombreux liens référés tout au long de ce rapport, à l’instar de ceux que l’on retrouve dans les blogs, apporterait un enrichissement au contenu, et, nécessairement une valeur ajoutée. De plus, la partie pragmatique de mon travail, soit une expérimentation personnelle d’une pratique de blogging (trois types de blogs différents), dont celui-ci en milieu éducatif (les trois sont toujours fonctionnels), pourrait donner un produit évolutif, plus visuel et plus dynamique, non figé dans le temps, comme le font les impressions écrans « print screen »  insérées dans le document de travail, par exemple. Rien n’empêche non plus d’avoir les deux : copie électronique et version imprimée. Je n’ai cependant pris aucune décision en ce sens pour l’instant, mais j’ai été enchanté par la découverte du projet de l’Université Lyon 2.

L’équipe Edition Scientifique Electronique de l’Université Lyon 2 et son projet : les cyberthèses.

Même si le contenu des thèses n’est pas sensé être modifié après son acceptation par le jury, cette équipe de l’Université Lyon 2 y voit tout de même une utilité dans le cas de la mise à jour de certaines informations ou encore lors de l’ajout de données complémentaires par l’université elle-même, ou autres.

J’ai rassemblé quelques-unes des affirmations sur le site cybertheses.org, qui démontrent les avantages pour un étudiant de publier sa thèse dans un document électronique sur Internet au lieu de la présenter uniquement sur un support papier.

http://www.cybertheses.org/index.php?q=node/1

L’université Lyon 2 est la première université française et l’une des premières au monde qui archive et diffuse en format numérique les thèses soutenues. Cette politique qui est mise en œuvre de manière systématique depuis 2000, permet l’archivage et la diffusion sur internet de 894 thèses, soit la quasi totalité des thèses soutenues depuis cette date.

Plusieurs aspects de ce programme répondent à ces principes :

  • Accès en ligne gratuit et complet* aux thèses sur Internet permettant que les documents soient de véritables instruments de travail qui répondent aux demandes des usagers.
  • Création d’une base de données des thèses électroniques qui contient les métadonnées des thèses des institutions participantes. Cyberthèses permet une indexation efficace et une localisation immédiate qui augmente de manière significative la visibilité et la diffusion des thèses.
  • Utilisation de logiciels libres et gratuits aux différentes étapes de la production.
  • Mise en place d’un cadre juridique qui repose sur les licences Creative Commons avec libre choix par l’auteur du type de licence.

 *  Certaines thèses ne sont consultables qu’à partir des postes informatiques raccordés au réseau Lyon 2 (intranet) : ce sont celles dont les auteurs n’ont pas autorisé la diffusion.

Recherche dans les thèses

Vous pouvez effectuer une recherche en texte intégral pour les thèses soutenues depuis 2000. Pour les thèses plus anciennes, recherchez par titre, auteur et date dans la base des thèses depuis 1901.

Vous pouvez également effectuer une recherche avancée.

Pour découvrir toutes les fonctionnalités de ce site, utilisez l’aide à la consultation.

Consulter les thèses

Déposer sa thèse

Modalités du dépôt électronique

Imprimer sa thèse

Pourquoi diffuser sa thèse sur Internet ?

La diffusion sur Internet ou la ré-appropriation du travail de recherche par le chercheur.

Aujourd’hui, les thèses sont dès le départ des documents électroniques : elles sont rédigées à l’aide de logiciels de traitement de texte, directement sous forme numérique.

·          La version papier déposée, microfichée et (parfois) diffusée n’en est finalement qu’un dérivé. Ainsi, une part importante du travail préalable à la diffusion électronique est déjà faite par l’étudiant lui-même et la diffusion d’une thèse en texte intégral ne demande qu’un court délai. Il s’agit la plupart du temps d’homogénéiser le format (informatique) afin que le document diffusé soit lisible par le plus grand nombre, indépendamment des configurations informatiques de production et de consultation.

·          En chargeant l’Université de soutenance de la mise en ligne de ses thèses, on supprime bon nombre des intermédiaires qui ralentissaient auparavant la diffusion de ces travaux de recherche.

·          En œuvrant localement, on assure une diffusion bien plus rapide et l’on garantit la "fraîcheur" des thèses nouvellement publiées. Cette prise en charge par l’Université permet aussi la pérennité de la diffusion : combien de thèses mises en ligne par le doctorant lui-même disparaissent de la surface du web lorsqu’il change de laboratoire, d’université…

·          Dans ce schéma, le doctorant est replacé dans sa position de producteur et de diffuseur d’information scientifique, l’Université n’étant qu’une infrastructure assurant la mise à disposition des documents, qu’un portail de consultation.

·          Parallèlement, le repérage et l’accès rapide au document proprement dit permettent au chercheur de gagner en efficacité, au monde de la recherche de s’ouvrir à un public plus vaste (non chercheur ou étranger) qui n’a pas toujours connaissance du mode de signalement et de consultation des thèses en France.

·          Grâce à un signalement et une diffusion quasiment instantanés, à la mise à jour immédiate des informations et à la consultation gratuite du contenu des documents, la diffusion électronique des thèses contribue efficacement au rayonnement de l’étudiant et de l’Université.

Un signalement plus efficace

L’amélioration de la diffusion des thèses ne se limite pas à leur mise en ligne. La condition fondamentale pour une bonne circulation de l’information est la qualité de son signalement. Les méthodes et les outils mis en oeuvre pour optimiser la diffusion doivent notamment être adaptés au media de diffusion qu’est Internet et en particulier à ce que l’on présente souvent comme son défaut : l’augmentation exponentielle des documents accessibles rendant toute recherche délicate : "trop d’information nuit à l’information". Des solutions existent :

  • Le contenu du signalement d’un document électronique ou "métadonnées" (ensemble d’informations décrivant la thèse / forme et contenu) doit être beaucoup plus précis que ce que ne l’est une fiche de bibliothèque classique afin d’éviter le "bruit" (information non pertinente) généré par une recherche trop vague. Il est important de pouvoir cibler correctement ses recherches.
  • Afin d’étendre les "espaces de recherche", c’est-à-dire de pouvoir interroger simultanément plusieurs bases de données sans interroger l’ensemble de la planète, il est important de centraliser au moins les métadonnées sur des portails dédiés à l’information scientifique.
  • L’utilisation de métadonnées normées (au sens du format informatique et du schéma logique auquel elles obéissent) est une des clés de réussite : l’homogénéité des signalements permettra d’affiner le contenu de la recherche de document et d’étendre son domaine (géographique et/ou scientifique). Comme pour la thèse elle-même, nous pensons que la mise en ligne immédiate et l’accès gratuit aux métadonnées sont des éléments essentiels et trop négligés jusqu’à présent.

Numérique, multimédia : un enrichissement du document

Outre l’amélioration de la diffusion du document, l’utilisation des nouveaux outils d’édition laissent au doctorant une liberté jusqu’ici inimaginable.

Affranchi des limites inhérentes au support papier traditionnel, le document en général et la thèse en particulier vont pouvoir s’enrichir d’éléments nouveaux. Extraits de films, dialogues, passages musicaux, images à haute résolution, bases de données, liens vers d’autres documents, etc., vont pouvoir être directement intégrés à la thèse.

·          Son évolution devient possible en temps réel : même si le contenu d’une thèse n’est pas sensé être modifié après son acceptation par le jury, on peut fort bien imaginer que quelques informations, telles que les coordonnées de l’auteur ou de son directeur de recherche, par exemple, soient mises à jour, qu’une note soit ajoutée par l’éditeur (l’Université) au signalement de la thèse pour indiquer l’existence de documents nouveaux du même auteur ou dans le même domaine…

Réponse aux interrogations des doctorants sur la diffusion Internet

Le mythe du plagiat facile.

Ce type de diffusion est-il compatible avec une publication chez un éditeur privé ?

Les conditions juridiques de la diffusion électronique des thèses

La thèse de doctorat, quel statut ?

Qu’implique la convention de diffusion de Lyon 2 ?

Vers un contrat "Creative Commons"

Didacticiel

Consultez le didacticiel sur la production et la diffusion des documents structurés.

Conclusion personnelle

Lorsque l’on décide de faire une cyberthèse, avant toute chose, il faut suivre les indications préalables et les normes de style de mise en forme du document suggérées. La distribution libre de documents de qualité sur Internet, telles les thèses, est un atout certain pour les échanges de connaissances et le travail de collaboration entre pairs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :